AIDES ETAT :

Le fonds de solidarité

Le fonds de solidarité est réactivé et renforcé pour la durée du confinement.
Trois cas de figure sont identifiés :
1) Les entreprises et commerces fermés administrativement
Les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement ou qui ne peuvent pas ouvrir, quel que soit leur secteur d’activité ou leur situation géographique, bénéficieront d’une aide mensuelle allant jusqu’à 10 000 €.
2) Les entreprises des secteurs du tourisme, événementiel, culture, sport et des secteurs liés qui restent ouvertes mais sont durablement touchées par la crise
Toutes ces entreprises de moins de 50 salariés qui subissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 % bénéficieront d’une indemnisation mensuelle allant  jusqu’à 10 000 €.
3) Les autres entreprises, tous secteurs confondus, qui restent ouvertes mais qui sont touchées par le confinement
Toutes les entreprises de moins de 50 salariés qui peuvent rester ouvertes mais subissent une perte de plus de 50 % de leur chiffre d’affaires pourront bénéficier du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 1 500 € par mois.
Cette aide permettra notamment de soutenir les indépendants, quel que soit leur secteur d’activité.
Toutes les entreprises éligibles pourront recevoir leur indemnisation en se déclarant sur le site de la direction générale des finances publiques à partir de début décembre, et elles recevront leur aide dans les jours qui suivent leur déclaration.
Il convient de préciser que le chiffre d’affaires généré par le « retrait sur commande » est neutralisé pour le calcul du fond des commerces fermés administrativement. Cette mesure doit encourager les commerces de proximité à organiser l’adaptation de leurs modes de commercialisation.

Le chômage partiel

Le dispositif d’activité partielle est prolongé jusqu’au 31 décembre 2020 :
– pour les entreprises fermées administrativement et celles dont l’activité est dégradée par le confinement (hôtellerie, tourisme, événementiel, clubs sportifs), les salariés toucheront 70 % de leur rémunération brute antérieure et le reste à charge des entreprises sera nul ;
– pour les entreprises des autres secteurs, les salariés toucheront également 70 % de leur rémunération brute antérieure, mais le reste à charge pour l’employeur s’élèvera à 15 %.

Pour recourir à l’activité partielle, les employeurs doivent en faire la demande à la Direccte via le site https://activitepartielle.emploi.gouv.fr/aparts/.
Délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales
Les employeurs peuvent reporter tout ou partie du paiement de leurs cotisations salariales et patronales pour les échéances des 5 et 15 novembre 2020. Les déclarations doivent néanmoins être déposées aux dates prévues. Le report de cotisations Urssaf vaut également pour les cotisations de retraite complémentaire.
Pour bénéficier du report, il suffit de remplir en ligne un formulaire de demande préalable. En l’absence de réponse de l’Urssaf sous 48 h, cette demande est considérée comme acceptée.
Les cotisations sociales personnelles des travailleurs indépendants ne seront pas prélevées en novembre (l’échéance trimestrielle du 5 novembre ainsi que les échéances mensuelles du 5 et du 20 novembre sont suspendues). Le prélèvement automatique des échéances de novembre ne sera pas réalisé, sans que les travailleurs indépendants aient de démarche à engager. Ceux qui paient par d’autres moyens de paiement pourront ajuster le montant de leur paiement.
En complément de cette mesure, les travailleurs indépendants peuvent solliciter l’intervention de l’action sociale du conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI) pour la prise en charge partielle ou totale de leurs cotisations ou pour l’attribution d’une aide financière exceptionnelle.
Les exonérations ne bénéficiaient au printemps qu’aux entreprises de moins de 10 salariés fermées administrativement ou aux PME appartenant à certains secteurs d’activité. Ce dispositif va être renforcé.
Afin de tenir compte des nouvelles mesures de restriction sanitaire, l’Urssaf Paca met de nouveau en place des mesures exceptionnelles pour accompagner la trésorerie des entreprises et les travailleurs indépendants :
– toutes les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement bénéficieront d’une exonération totale de leurs cotisations sociales ;
– toutes les PME du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport qui restent ouvertes mais qui auraient perdu 50 % de leur chiffre d’affaires auront le droit à une exonération totale de leurs cotisations sociales ;
– pour les travailleurs indépendants, les prélèvements automatiques seront automatiquement suspendus, et ils n’auront aucune démarche à faire. Ceux d’entre eux qui sont fermés administrativement bénéficieront d’une exonération totale de leurs cotisations sociales ;
– pour les entreprises qui ont déjà reporté des cotisations sociales avant ce nouveau confinement et sont en discussion avec les URSSAF pour étaler leur paiement jusqu’à trois ans, mais auraient de grandes difficultés, des remises pourront être demandées au cas par cas.
Plus d’informations en consultant le site : https://mesures-covid19.urssaf.fr/.

Prêts garantis par l’État et prêts directs de l’État

Les prêts garantis par l’État sont adaptés à la situation nouvelle.
Les entreprises peuvent contracter un prêt garanti par l’État jusqu’au 30 juin 2021 au lieu du 31 décembre 2020. L’amortissement du PGE pourra être étalé entre une et cinq années supplémentaires, avec des taux pour les PME négociés avec les banques françaises, compris entre 1 et 2,5 %, garantie de l’État comprise.
Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront demander un nouveau différé de remboursement d’un an, soit deux années au total de différé.
L’État accordera des prêts directs si certaines entreprises ne trouvent aucune solution de financement.500 M € ont été provisionnés à cette fin.
Ces prêts pourront atteindre :
– 10 000 € pour les entreprises de moins de 10 salariés ;
– 50 000 € pour les entreprises de 10 à 49 salariés ;
– 3 mois de chiffre d’affaires via des avances remboursables pour les entreprises de plus de 50 salariés.
L’objectif de ces mesures est d’apporter des solutions de trésorerie à toutes les entreprises ayant une capacité de rebond.
Plus d’informations en consultant le site : https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutienentreprises/pret-garanti-par-letat.

Prise en charge des loyers

Un crédit d’impôt visant à inciter les bailleurs à annuler une partie de leurs loyers va être inscrit en loi de finances pour 2021. Cette mesure bénéficiera aux entreprises de moins de 250 salariés fermées administrativement ou appartenant au secteur de l’hôtellerie, des cafés et de la restauration.
Tout bailleur qui, sur les trois mois d’octobre, de novembre et de décembre 2020 accepte de renoncer à au moins un mois de loyer, pourra bénéficier d’un crédit d’impôt de 50 % du montant des loyers abandonnés.
Baisse des impôts de production
Dès 2021, les impôts de production diminueront dans le cadre du plan de relance. Concrètement, cela se traduira par la réduction de 50 % des impôts fonciers (taxe foncière sur les propriétés bâties et cotisation foncières des entreprises) des établissements industriels et de la CVAE pour tous ses redevables, ainsi que par l’abaissement de 3 % à 2 % du taux de plafonnement en fonction de la valeur ajoutée de la contribution économique territoriale.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Plan de relance : https://www.economie.gouv.fr/plande-relance/profils/entreprises/baisse-impots-production.

Chèque numérique de 500 euros

Ce chèque est destiné aux entreprises fermées administrativement et les professionnels du secteur de l’hôtellerie et de la restauration afin de leur permettre de s’équiper en solutions de vente à distance.

Ce chèque permet, dès la fin de cette année, de couvrir les coûts liés au lancement d’une activité en ligne, tels que la création d’un site internet, l’adhésion à une plateforme en ligne, l’acquisition d’un logiciel ou la rémunération d’une prestation d’accompagnement.

Cette aide financière sera accordée sur présentation de factures à l’agence de services et de paiements, dans la limite de 500 euros.

Aide financière exceptionnelle (AFE covid)

Le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI) met en œuvre un dispositif dédié aux cotisants les plus impactés par les mesures sanitaires liées à la crise Covid-19.

Cliquez ici pour obtenir plus d’information 

 

Cet article n'a pas encore de note.